ma fille

Growing pains – lettre à ma fille

Dear Lula

En ce mois anniversaire de ta naissance je t’écris cette lettre. Ma première née, à qui j’ai donné ce prénom biblique que je gardais précieusement depuis plusieurs années. Si j’avais su que les cieux allaient me donner Blanche-neige avec un regard azur, une princesse artistique, douce et marrante, avec un cœur gros comme ça, moi qui croyais que je ne gagnais jamais à la loterie…

Ai-je pu vraiment te faire aussi mal ? Je t’aime tellement je ne l’aurai jamais fait sciemment. Tu me dis que tu ne sais plus où est ta place, trop british ici pas assez là-bas ? Tu veux des amies vraies, maintenant, pas des amies de ‘là-bas’ ou des amies ‘nouvelles’. Tu veux retourner à ‘avant’ ? Sorry, no can do.

Oui je pensais que c’était bien de te faire voir d’autres cultures. Elargir tes horizons, maitriser la langue de ta mère. C’était peut-être égoïste mais j’avais envie de nouveauté, marre de London.

Oui j’avais dit 2ans et on rentre mais les choses ont évolué dans un sens que, franchement, je n’aurais jamais osé espérer. Ton père et moi avons décidé de vivre autrement, plus en harmonie avec nos idées et on s’est jeté à l’eau. Ils sont pénibles ces quadras avec leurs crises, les gamins ils n’ont pas le choix il faut qu’ils suivent. Too true !

Oui je pensais que c’était bien de te sortir de cette bulle ‘middle-class’ dans laquelle tu te trouvais depuis ta naissance. Laisse-moi m’expliquer, cette bulle bobo je n’en aime pas le confort que je trouve sans chaleur véritable, une empathie souvent hypocrite car elle ne voyage pas bien loin, n’est-ce pas ? On shoppe à Waitrose, on mange bio, on holiday sur les Iles Grecques tout en philosophant sur le méchant Cameron sans jamais s’aventurer près de Mitcham ou Elephant & Castle car on pourrait se faire abimer l’Audi. Mitcham, Elephant & Castle à quelques kilomètres de chez nous et où des enfants vivent sous le seuil de la pauvreté. Ça t’en bouche un coin ? Et oui pas de gastro-pub a Mitcham. Je méprise la gauche-caviar où qu’elle se trouve alors imagine en faire partie, en être l’exemple quasi-parfait, je ne pouvais plus.

Tout ça tu t’en fiches, mes divagations politico-philosophicantes, toi tu veux simplement aller le samedi chez Lush et boire un smoothie avec tes ‘besties’. Moi j’ai réduit tout ça à quelques emojis sur Instagram…et des larmes.

Alors tout cela en valait-il la peine ? Je ne peux pas te l’assurer mon cœur. Ferais-je les choses différemment ? Je ne peux pas te l’assurer mon cœur. Est-ce que cela va aller mieux ? Je peux te l’assurer mon cœur, si tu le souhaites. Voilà une petite histoire que je ne t’ai pas encore racontée :

Au début de ma grossesse j’étais rongée de doutes et anxieuse à propos de mon boulot (tu te rappelles le bon temps où maman ne pensait qu’à son boulot ;)). Je ne savais pas quoi faire: rester dans une boite offrant un bon ‘package’ maternité ou partir dans une boite m’offrant plus de liberté, que faire ? Un matin en allant au travail je ressassais encore ces questions, je te parlais, mon petit embryon de quelques semaines, le pour, le contre…Et puis à la radio j’ai entendu cette chanson :

Rise up this mornin’,
Smiled with the risin’ sun,
Three little birds
Each by my doorstep
Singin’ sweet songs
Of melodies pure and true,
Saying’, « This is my message to you »

Singing’ « Don’t worry ’bout a thing,
‘Cause every little thing gonna be alright. »

“Three Little Birds” par Bob Marley (et si tu ne connais pas click ICI)

Et tu sais quoi, j’ai décidé de les écouter ces trois petits oiseaux et tout c’est très bien passé.

Alors écoute ton cœur, plus tu l’écoutes plus ses messages te seront nombreux et clairs.

Comme Ulysse, ignore les sirènes, celles d’un passé idyllique ou d’un futur ‘british-only’ car tu feras naufrage sur des rochers de tristesse. Navigue dans le présent et explore les routes qui s’offrent à toi. Ton bateau voguera ainsi à pleines voiles sur un océan de bonheur et tu découvriras des îles où la joie coule à flot. Accueille à bord de ton navire ceux qui ont un cœur pur comme le tien, leur amour te fera aller encore plus loin. En un mot, VIS.

Et n’oublie jamais : mes bras sont là pour t’enlacer, mes mains sont là pour te caresser, mes oreilles sont là pour t’écouter et mes lèvres sont là pour te murmurer « Don’t worry ’bout a thing, ‘Cause every little thing gonna be alright. »

I love you ma Lula.

XXX

2 thoughts on “Growing pains – lettre à ma fille

Laisser un commentaire